L'allaitement maternel

L'allaitement après une augmentation ou une réduction mammaire est possible


De tout temps, les seins des femmes ont toujours maintenu et maintenu leur intérêt à la fois en tant que caractéristique sexuelle féminine secondaire de grande importance esthétique ou en tant qu'attrait sexuel, et dans de nombreuses occasions, ils sont le centre de l'estime de soi d'une femme. Il n'est donc pas surprenant qu'aujourd'hui, les femmes jeunes et moins jeunes aient une augmentation mammaire ou une réduction mammaire se sentent mieux. Maintenant, comment cela pourrait-il affecter l'allaitement le fait d'avoir subi une augmentation ou une réduction mammaire? Nous vous l'expliquerons et vous dirons à quoi ressemblerait la procédure pour chacune de ces opérations!

En général, plus le sein est gros, ou plus la réduction ou l'ablation de la peau, du tissu sous-cutané et, bien entendu, de la glande mammaire est importante, les possibilités d'une réduction de la production de lait chez la patiente peuvent également être présentes. . La quantité de lait à produire est réduite, mais partiellement, mais même si la réduction de la taille des seins est supérieure à 50% ou même plus, la réduction n'est PAS directement proportionnelle à celle-ci.

Dans de nombreuses études, et d'après ma propre expérience, les femmes avec de très petits seins sans ou avec chirurgie peuvent allaiter et allaiter leurs bébés sans aucune diminution de la quantité et de la qualité du colostrum et du lait lui-même. Et c'est que ce qui est vraiment important, c'est le stimulus de succion exercé par le nourrisson et la technique utilisée, car une petite quantité de sein permet d'allaiter un bébé sans problème.

Concernant l'augmentation mammaire avec pose de prothèse et / ou lipoinjection mammaire, il n'y a pas de problème avec l'allaitement du fait que la prothèse n'est pas située à l'intérieur du tissu mammaire mais à l'extérieur de celui-ci, soit rétro glandulaire (entre la glande mammaire en avant de la prothèse et le muscle pectoral) soit en arrière.

Dans de nombreux cas, le tissu mammaire n'est pas directement incisé, mais il est plutôt rejeté d'un côté et les tissus sont séparés sans les couper pour créer l'espace rétro-mammaire nécessaire où la prothèse sera logée.

Si la procédure est rétro musclée, dans de nombreux cas, soit la glande est rejetée sans la couper, soit une petite plaie est incisée uniquement dans le pôle inférieur pour permettre de séparer la face postérieure de la glande mammaire du fascia du muscle pectoral et d'ouvrir le muscle en direction des fibres musculaires sans coupez-les directement afin qu'ils ne saignent pas ou qu'il y ait le moins de saignements possible avec l'utilisation du couteau électrochirurgical.

De cette manière, un espace virtuel est atteint, que les chirurgiens réalisent et dimensionnent en fonction de la prothèse, de sorte que la prothèse maintient un contact direct avec la face postérieure de la glande mammaire en placement rétromarial ou prépectoral, selon le désir. regarder.

Et si le placement est rétropectoral, la prothèse est séparée de la glande mammaire par le fascia musculaire du muscle pectoral, le muscle pectoral lui-même et le fascia rétro-pectoral. À l'heure actuelle, c'est la technique la plus utilisée, mais si, pour une raison quelconque, un contact direct entre la prothèse et la glande mammaire se produit pendant ou après une intervention chirurgicale, il n'y a également aucune possibilité qu'elle endommage, détruise ou obstrue la sécrétion de lait. .

Si pour une raison quelconque la prothèse venait à se briser, compte tenu du fait que le gel qui la forme est un gel cohésif, les canaux lactifères, où le lait maternel se dirige vers le nourrisson, seraient protégés. Ce que nous avons pu corroborer, c'est qu'avec le temps, la prothèse produit une atrophie du tissu mammaire en raison de sa compression et après plusieurs années avec la prothèse.

Mais si la patiente décide de la possibilité d'avoir une nouvelle grossesse, le tissu mammaire restant ou la quantité de glande mammaire qui reste, est réactivé et a la capacité de prendre sa fonction principale, qui serait la production de colostrum et, par conséquent, de la sécrétion de lait appréciée et indispensable au bon développement et à la croissance de votre bébé.

Texte: Gregorio José Medina, chirurgien plasticien

Vous pouvez lire plus d'articles similaires à L'allaitement après une augmentation ou une réduction mammaire est possible, dans la catégorie de l'allaitement maternel sur place.


Vidéo: RÉDUCTION MAMMAIRE - POURQUOI? PRIX? MON EXPERIENCE AVANT. APRÈS: JE VOUS DIS TOUT! (Juin 2021).